Document sans nom
AfriqueMatin TV Ivoire Dimanche La relève Dimanche Soir Guerres Info

Assad à propos de l’utilisation d’armes chimiques: «C’est une farce, c’est un jeu primitif, juste pour attaquer l’armée syrienne».

Le Président Bachar el-Assad a déclaré que son pays ne possédait pas d’armes chimiques et a rejeté toutes les accusations d’y avoir recouru dans un passé récent.
Le Président syrien a réfuté les accusations de l’Occident selon lesquelles il recourait régulièrement à l’utilisation d’armes chimiques.

«Avant tout, nous ne disposons pas d’arsenal d’armes chimiques depuis 2013, l’année où nous les avons toutes remises (à la communauté international, ndlr). L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques a mené une enquête et il est désormais évident et officiellement confirmé que nous ne disposons pas de telles armes», a indiqué le Président syrien dans une interview au journal grec I Kathimeriní.

Selon lui, les accusations d’utilisation d’armes chimiques ont refait surface après les récentes victoires de l’armée syrienne.

«C’est une farce, c’est un jeu primitif, juste pour attaquer l’armée syrienne. Après la défaite des terroristes, les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne et leurs alliés, qui veulent déstabiliser la Syrie, ont compris qu’ils avaient perdu leurs cartes clés. Voilà pourquoi ils attaquent l’armée syrienne en vue de booster le moral des terroristes et d’empêcher la libération d’autres régions», a-t-il souligné.

Dans la nuit du 13 au 14 avril, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont porté des frappes contre la Syrie. Sur 103 missiles tirés, 71 ont été interceptés par la DCA syrienne, avait informé le ministre russe de la Défense.
Le bombardement avait été mené au prétexte d’une opération visant à détruire les armes chimiques présumées de cet État, suite à une attaque chimique présumée qui aurait été perpétrée le 7 avril à Douma, près de Damas, selon les pays occidentaux. L’OIAC, qui travaille sur place, n’a à ce jour pas réussi à présenter de preuves susceptibles de confirmer l’usage de substances toxiques par l’armée syrienne dans la ville.

Sputniknews