Interview Exclisive/ Mugefci- Fonctionnaires: le candidat Mesmin Comoé explose et annonce de grands bouleversements

0

Par Léon SAKI – Afrique Matin.Net

Le bouillant Secrétaire général du Mouvement des instituteurs pour la défense de leurs droits (MIDD), Mesmin Comoé, après avoir obtenu avec brio l’amélioration des conditions de vie et de travail des instituteurs de Côte d’Ivoire à travers une lutte syndicale âpre, entend désormais relever de nouveaux challenges pour le bonheur des fonctionnaires. Candidat au conseil d’administration de la mutuelle générale des fonctionnaires et agents de l’Etat (MUGEF-CI), il est porteur d’un ambitieux et innovant programme. C’est un Mesmin Comoé confiant à quelques jours de l’élection qui a bien voulu se confier à Afriquematin.net. Interview !

Vous êtes candidat à la présidence de la Mugef-ci. Quelles sont les motivations d’une telle candidature ?

Notre candidature est motivée par notre volonté d’assurer la continuité dans le changement parce que la mutuelle doit renouveler ses différents organes. On a travaillé pendant quatre ans, il est bon qu’on apporte un souffle nouveau. Mais pour nous, le changement radical ne sera pas profitable à la mugef-ci d’autant plus qu’un certain nombre de chantiers qui sont actuellement en état de friche ont besoin que ceux qui ont été à l’origine de leur élaboration soient là pour opérationnaliser leur mise en œuvre. Voici l’une des raisons pour lesquelles nous sommes candidat. Nous voulons également insuffler une dynamique nouvelle à travers des projets nouveaux que nous souhaiterions faire profiter aux fonctionnaires et agents de l’Etat de côte d’Ivoire.

Quel bilan faites-vous de votre présence à la tête du MIDD ?

En ce qui concerne notre action syndicale, avant notre engagement dans la lutte syndicale, l’emploi d’instituteur n’inspirait pas confiance. Ce métier était objet de rejet systématique parce que tout élève orienté au CAFOP s’en plaignait et lorsque le système d’orientation a été abrogé et remplacé par le concours, les premiers élèves à déposer leur candidature pour deux mille cinq cent (2500) places n’ont pas dépassé la barre des sept cent (700) personnes. Ainsi, pour une fois, on avait en Côte d’ivoire un emploi où l’offre était supérieure à la demande. Aujourd’hui, tout cela est complètement inversé. Le dernier concours, rien que pour les instituteurs adjoints, a enregistré plus de soixante mille candidats pour seulement cinq mille places. Si l’on avait cumulativement ouvert le concourt des instituteurs adjoints et celui des instituteurs ordinaires, nous aurions dépassé la barre des cent milles candidatures. Cela veut tout simplement dire que le métier d’instituteur a un regain d’intérêt et je crois que c’est à l’avantage de notre pays mais aussi au mérite du MIDD. Je voudrais saluer tous ceux qui avec nous ont contribué à cette bataille pour relever les conditions de vie et de travail des instituteurs. Nous continuerons de mettre tout en œuvre pour que le métier d’instituteur continu de faire envie pour que cet emploi soit appréciatif au même titre que d’autres emplois.

Quels sont les grands chantiers de votre programme ?

Pour ce qui concerne l’élection à la mugef-ci, notre action première est de promouvoir les actions mutualistes dans le sens de la poursuite du rapprochement de la mutuelle de ses mutualistes. Sachez que l’entreprise mutualiste, pour être performante, doit pouvoir se fonder sur les différentes valeurs de solidarité. Il faudrait que chaque mutualiste se sente extrêmement proche de sa mutuelle et de sa gestion pour que les différents risques qui aujourd’hui greffent dangereusement nos frais de prestation, ne connaissent pas ces augmentations exponentielles. C’est du fait de ces risques qui sont les risques de fraude, les risques sur prescription et de surconsommation qui ont contraint nos prédécesseurs à imposer le système de quota dans les pharmacies au cours de notre mandature, et aussi au niveau des prescriptions médicales. Cela est vrai qu’aujourd’hui par rapport à la campagne, cela a été suspendu. Mais si jamais la mutuelle échoit aux mains de personnes qui n’ont pas cela comme priorité, ce système de quota reviendra à coup sûr car nos cotisations ne sont pas suffisantes. Il va falloir aussi faciliter et moderniser l’accès aux prestations de la mugef-ci.

Justement quelle innovation majeure apporterez-vous à la mutuelle ?

L’une des innovations qui nous tient à cœur est de concevoir la carte unique et intelligente d’accès aux prestations de la mugef-ci. Cette carte aura pour avantage de servir de carnet de santé car la plupart des fonctionnaires n’ont pas de carnet de suivi médical. Cette carte aura l’avantage de stocker tout ce qu’il y aura comme information concernant son possesseur. En outre, nous nous évertuerons à corriger certaines irrégularités de certaines catégories de fonctionnaires comme celle des instituteurs qui durant leur stage ne bénéficient pas des prestations de la mugef –ci et qui, quelque fois quatre ans après avoir été immatriculés, reçoivent des soldes-rappels imputés des prestations de la mugef-ci. Nous allons, dès notre élection, faire de telle sorte que l’étudiant puisse, bénéficier des prestations de sa mutuelle dès le moment de son immatriculation. Nous allons en outre accroitre la capacité de résilience des fonctionnaires. En effet, le développement vertigineux de certaines affections chroniques tel que le diabète, l’hypertension, les ulcères ont pour origine le stress. Et cela est dû au fait qu’approchant la retraite, la plupart des fonctionnaires n’ont malheureusement pas de solution d’accès à la propriété foncière. Le fonctionnaire stresse parce qu’il n’a pas les moyens de mettre en œuvre une activité porteuse qui puisse lui garantir une retraite complémentaire. Nous allons, avec un certain nombre d’experts, mettre en place un fond qui va d’une part permettre l’accès à la propriété immobilière de l’ensemble des fonctionnaires qui le voudraient mais de l’autre financé  de grandes activités qui peuvent se faire par groupes de personnes intéressées qui pourront se regrouper. Un tel fonds ne saurait être géré par des individus mais par une banque qui va découler de la transformation de la MUCREF-CI. Voici entre autre les grands chantiers que nous avons pour lesquels nous voulons avoir la confiance des fonctionnaires.

Certains de vos anciens collaborateurs dont Akré Richard mène une campagne contre vous. Qu’en  Est-il ?

Nous n’avons pas l’habitude de nous attarder sur des détails qui ne nous font pas avancer. Il a été un de nos secrétaires Généraux. Puis à un moment donné ; il a estimé pour des raisons qui lui sont propres que le MIDD ne faisait plus son affaire. Il s’est retiré, il a créé son syndicat mais sachez que le monde avance, notre structure avance. Le gouvernement a remis tous  les fichiers à plat et chaque organisation syndicale est en train de refaire ses fichiers en termes de nombre d’adhérents de ses militants. Au bout du compte, nous ferons le bilan et nous verrons. Là-dessus, je voudrais vous assurer que le MIDD n’est nullement ébranlé par qui que ce soit.

Quelles sont vos chances de remporter ses élections ?

La première chance que nous avons est que les fonctionnaires ont confiance en nous. La seconde est que nous aussi nous les connaissons et nous sommes attentifs à leurs besoins. Ils  savent que pour tout ce qu’il y a eu comme principales luttes au niveau des fonctionnaires et agents de l’Etat, humblement, nous y avons contribué avec notre organisation syndicale. Même quand nous n’étions pas directement concerné car le MIDD est une structure complètement jeune, nous sommes porté très volontaire pour que les conditions de retraite des fonctionnaires soient améliorés, pour que nos collègues qui n’étaient pas volontaires des mesures actées puissent avoir les cent cinquante (150) points d’indice. Dieu seul sait le prix payé par le MIDD à l’occasion de toutes ces grèves. Tout le bureau national du MIDD a été démantelé. Les autres n’ont pas eu un seul cheveu arraché. Mais aujourd’hui nous nous réjouissons de ce que par notre contribution à ce combat, tous les différents points qui faisaient l’objet de cette lutte revendicative aient, sinon, totalement abouti, du moins partiellement et ce, à la satisfaction de nos militants. Et c’est ce qui aujourd’hui fonde nos plus grands espoirs. Les fonctionnaires savent, comme on le dit souvent au quartier ‘’ nous sommes prêts pour eux’’ et ils seront  prêts  pour nous. Contrairement à d’autres personnes qui ont observé un mutisme les plus effrayants durant toute la durée  de lutte des organisations syndicales en Côte d ‘Ivoire alors

Qu’est-ce que vous comptez faire pour empêcher toute velléité de fraude au cours de cette élection?

C’est vraiment dommage que certaines personnes ne comprennent  qu’une élection  c’est la sanction des populations vis-à-vis de tous ceux qui postulent à ces différents postes. Lorsque  vous êtes convaincus que vous n’avez pas l’assentiment  populaire, pourquoi forcer ? C’est lorsqu’on a cet esprit de forcing, qu’on a l’envie de frauder.   Mais je voudrais dire que d’une part nous faisons confiance au comité électoral pour que les élections se passent dans la transparence la plus totale, mais d’autre part, nous prendrons toutes dispositions utiles pour que sur l’ensemble des 32 régions électorales nos représentants  dans les bureaux de vote soient de la vigilance la plus extrême pour ne laisser passer le moindre soupçon de fraude sur quoi que ce soit. Ces élections  doivent pouvoir sonner la vérité. Elles doivent être le reflet des fonctionnaires et agents de l’Etat de Côte d’Ivoire et il ne faudrait pas que de malignes personnes s’amusent à vouloir inverser les choses.

Parlons de la lutte syndicale en Côte d’Ivoire. Ce que vous en pensez.

La lutte syndicale a connu  beaucoup de péripéties sur la période  du parti unique en passant par le printemps de la démocratie  et aujourd’hui nous sommes  dans une forme de syndicalisme hybride. Mais à l’occasion des différentes crises, les syndicats ont compris que l’union fait la force et qu’il fallait se mettre ensemble mais cette unité est en train d’être compromise par ces velléités qui sont en train de se dessiner  à la Mugef-ci et c’est ce qui est regrettable. Il faut dire que les syndicats en Côte d‘Ivoire ne sont pas suffisamment forts par rapport aux pays anglophones où le syndicalisme est beaucoup mieux structuré qu’ici. Les clivages politiques, les intérêts personnels font que malheureusement nos différents secteurs sont émiettés. Pour une même organisation socio-professionnelle on a une pléthore d’associations syndicales qui bien de fois ne parlent pas le même langage, n’a pas les mêmes visions, les mêmes objectifs. Donc, dans un environnement comme la Côte d’Ivoire, réussir ce que le MIDD a réussi  relève de l’exploit.

Quels sont les ingrédients pour que la société civile ivoirienne soit alors forte ?

Pour que la société civile ivoirienne soit forte, il faut des individus qui  acceptent le volontariat et le bénévolat. Qui se disent qu’on peut travailler sans être politique. Qu’ils ne veuillent pas se servir des organisations de la société civile pour pouvoir faire un glissement vers la politique. Il ne faudrait pas qu’on ait l’impression  que des individus veulent parler pour paraître à quelques niveaux que ce soit, pour qu’on leur fasse des propositions et les appeler quelque part. Tant qu’on  va développer cet esprit, on aura une société civile qui va être toujours fragile. Tout pouvoir  qu’il soit de gauche ou de droite procédera toujours de la même façon : chercher à faire en sorte que la contradiction nécessaire qui doit unir les acteurs dans cette société ne s’exprime pas. Pourtant sans contradiction, il n’y a pas de seuil névralgique,  sans seuil névralgique, il n’y a pas de saut qualitatif. Tout gestionnaire de pouvoir  cherchera toujours à mettre  de son côté, ‘’dans sa poche’’ tous ceux qui pourraient à ses yeux être comme  des empêcheurs de tourner en rond. Des gens malheureusement se prêtent à ce jeu, mais hélas, combien sont-ils ceux qui veulent résister à l’odeur de toutes ces pièces trébuchantes ?

Ce que nous voudrions dire à l’endroit de tous qui sont fonctionnaires et agents de l’Etat, que le devoir appelle à élire le 10 septembre la liste Solidarité-Egalité. Moi je ne désespère point parce que les pays dits avancés n’ont pas eu  de niveau de développement  qu’on leur envie aujourd’hui à coup de bâton magique. C’est un travail de longue haleine. Il a fallu à des  générations qui ont le courage, de dire ce qui est droit, ce qui est vrai et ce qui est juste. C’est dans cette dynamique que nous nous sommes inscrits et nous comptons sur eux pour qu’ils nous donnent la force et le courage nécessaires de poursuivre cette action qui sera beaucoup plus porteuse. Pour ce qui concerne la Mugef-ci, ils savent que les idées que nous avons, le dynamisme que nous voulons insuffler à la mutuelle  sera une dynamique porteuse de résultats probants de sorte que les vieux souvenirs  des traitements non à la hauteur de nos attentes  soient relégués définitivement aux calendes  grecques.

 

You might also like More from author

Leave A Reply

Your email address will not be published.