Egalité du genre : Le masculin l’emportera encore longtemps sur le féminin.

0

Par Christ Zorro Afriquematin.

 La polémique suscitée par la règle de grammaire «  le masculin l’emporte sur le féminin » et qui défraie la chronique ces jours-ci dans l’hexagone, ne semble pas faire des vagues sous nos tropiques, tant  les pratiques phallocrates sont profondément ancrées  dans nos mœurs.

Six femmes sur un effectif de 28 ministres : tel est l’effectif du gouvernement Gon Coulibaly en  Côte d’Ivoire. Le parlement quant à lui compte 29 femmes sur un effectif de 255 parlementaires. Cette représentativité  de la gente féminine dans nos institutions est symptomatique de la place de la femme sous nos tropiques et constitue la preuve flagrante de la domination du genre masculin dans tous les domaines de la vie sociale. Malgré les points clés des articles 35, 36 et 37 de la constitution Ivoirienne qui prévoit une véritable politique de promotion de la femme , la réalité est tout autre eut égard à l’infime proportion des femmes dans les organes de décision.

La domination de la gente masculine sur la féminine est un phénomène culturel bien établi dans nos sociétés et dont l’origine remonte au début de l’humanité si l’on s’en tient aux récits des  religions révélées. Si l’abus de  son autorité par l’homme a pu susciter quelques réactions en faveur de l’autre sexe, le terme cher d’égalité que véhiculent les associations féministes un peu partout dans le monde n’est pas prêt de se réaliser sous peu. Même si le dernier gouvernement français à eu le mérite d’appliquer à la lettre la parité prescrite dans les fondamentaux de la République, la parité dans tous les domaines de vie sociale dans l’hexagone et dans bien de nations Européennes reste à parfaire. Les feuilletons des scénaristes et comédiennes d’Hollywood qui se sont plaints de deux poids deux mesures quant aux traitements salariaux qui était en leur défaveur restes encore entier.

Mais faudra t-il plaindre et condamner cette démarche des 314 membres du corps professoral français qui vise l’égalité des deux sexes ? C’est l’abus de l’autorité masculine ici qui est mise à nu et dont la révision, pour une meilleure répartition des pouvoirs  entre l’homme et la femme, permettrait  à terme un plein épanouissement de la société humaine  qui est réclamée par les signataires. Démarche noble à priori mais qui comporte sous jacente les germes de sa non réalisation.

You might also like More from author

Leave A Reply

Your email address will not be published.