Daloa-Frais annexes dans les établissements scolaires / Un parent d’élève dénonce la mauvaise foi du personnel administratif et enseignants

0

Par Bernard N’dri-correspondant permanent/afriquematin.net

L’augmentation des frais annexes dans les lycées et collèges divise la population de la Cité des antilopes. Si certains parents approuvent cette décision du ministère de l’Éducation nationale,  d’autres  se disent très déçus.

Claver Edoukou  a indiqué que ces frais annexes non justifiés sont une escroquerie administrative éclatée sur tout l’entendu du territoire national.  « On ne fait qu’inscrire et réinscrire nos enfants. En plus de cela,  nous payons les paquets de rame….  Qui sait peut-être que l’on demandera de payer des boîtes de craie ? », s’est-il interrogé. Relevant également que   « des professeurs utilisent  des méthodes dilatoires pour se faire  de l’argent parce que  chaque enseignant  impose ses livres aux élèves ».Selon lui,  il faut revoir ce qui se passe dans les écoles ivoiriennes, «on ne peut pas comprendre en même temps que l’on parle de gratuité,  les personnels administratifs et enseignants deviennent des commerçants dans tous les établissements », a-t-il fait remarquer. A cet  effet, interpelle-t-il  les autorités, en premier,  le président de la République, Alassane Ouattara qui a fait de la gratuité de l’école son cheval de bataille et partant la première responsable de ce département   afin de renoncer ces cotisations qui écrasent la population et les parents d’élèves.

Abordant, le chapitre de la marche pacifique organisée par la Fesci   pour demander l’annulation de ses frais annexes, il  note que les   les  revendications de ce syndicat estudiantin sont légitimes.  « Au début,  nous avons pensé que  la Fesci menait une lutte à la hauteur de ses ambitions,  mais aujourd’hui, nous nous sommes rendu compte que les faits sont bien établis et nous regrettons que l’on fasse arrêter ses étudiants et  élèves».  Avant de demander « leur libération pour que la cohésion sociale, la liberté d’expression tant souhaitée en Côte d’Ivoire soit une réalité ».

You might also like More from author

Leave A Reply

Your email address will not be published.